ESSAI / CFMoto ZForce 1000 Sport

Le nouveau SSV sportif de CFMoto arrivera après l’été. Notre rédaction a pris les commandes de la machine au cours d’une virée dans le Luberon. Un premier essai instructif.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce SSV sportif s’est fait attendre… Initialement présenté au public en novembre 2017 lors du Salon de Milan, le nouveau side-by-side de CFMoto – alors baptisé Z10 – n’était alors qu’à l’état de prototype. Il a donc fallu au constructeur asiatique entamer un long processus de développement pour proposer ce ZForce 1000 Sport – son appellation commerciale définitive – abouti et répondant aux normes européennes. Une règlementation drastique qui a notamment imposé l’ajout d’extensions d’ailes. Avouons qu’il serait impensable de rouler sans ces larges garde-boues par temps pluvieux ! Pour le reste, on reste très proche de la première mouture, même si les sièges sont différents et le toit de série moins futuriste. Le châssis est identique et le vaillant moteur bicylindre de 963 cm3 est bien en place. C’est d’ailleurs le même V2 que le ZForce 1000 mais nous verrons que le motoriste CFMoto – son activité première lors de sa création en 1989 – a tiré le meilleur parti de ce bloc moteur.

 

CFMoto hausse le ton !

Pour son nouveau fer de lance, le constructeur chinois n’a pas fait dans la demi-mesure. Reparti d’une feuille blanche, le 1000 Sport offre une définition radicalement différente du ZForce 1000, et cela ne se limite pas au design de la machine. Le modèle Sport adopte un châssis plus large avec 154 cm de largeur de voies avant et arrière, un peu plus court (- 15 cm) tout en gagnant 24,5 cm d’empattement pour plus de stabilité. Cette valeur est en partie apportée par les nouveaux bras arrière tirés, inspirés des bolides de rallyes tout-terrain et baja. Ajoutons à cet ensemble des amortisseurs à gaz à multiples réglages hydrauliques, et vous faites face à un SSV performant sur le papier. Quant à moteur, il délivre la bagatelle de 82 chevaux. Néanmoins, pour augmenter sa réactivité à l’accélération, un mode Sport peut être actionné depuis la planche de bord. Nous verrons toutefois à l’usage que la cartographie standard est moins brutale et permet de rouler sur le filet de gaz, le couple moteur étant très disponible sur une large plage de régime moteur.

 

Une présentation toujours plus soignée

CFMoto nous a habitué à des véhicules de mieux en mieux finis au fil des générations et ce ZForce 1000 Sport confirme tout le bien que l’on pense du constructeur sur ce point. Dès l’ouverture simplissime des portes, ce SSV joue la carte de la séduction. Immédiatement, le compteur digital saute aux yeux grâce à la qualité d’affichage de son écran TFT, qui diffère dès que l’on opte pour le mode Sport. Un alignement d’interrupteurs permet d’actionner différentes commandes, dont les modes 4×2, 4×4 et 4×4 avec blocage de différentiel avant. Une prise 12 V classique juxtapose une prise USB plus moderne pour recharger Smartphone et autres GPS. Le sélecteur de gammes, précis, tombe juste sous la main et les réglages d’inclinaison du volant et de recul du siège aident à se sentir comme chez soi. Par la suite, nous regretterons juste le manque de maintien latéral de la sellerie dans les virages, lesquels auraient mérité de s’inspirer de modèles type “baquets” plus adaptés à un pilotage sportif.

 

Mise en route mélodique !

Démarrer le ZForce 1000 Sport ne pose aucun souci et la sonorité du V-twin est enchanteresse ! Malgré la proximité du filtre à air entre les sièges et la benne, aucun bruit d’admission ne se montre désagréable. Les grosses prises d’air coniques du même filtre et du variateur s’intègrent bien dans la silhouette particulière du dernier SSV de CFMoto. Après une petite session sur un anneau de vitesse pour prendre ses marques, nous filons via diverses pistes en direction du Luberon. Cette virée ludique et néanmoins menée à bon train nous apprendra que le mode Sport est trop agressif et risque de nuire à la durée de vie de la courroie de transmission tant il peut se montrer brutal. Puissance et couple étant à la hauteur pour les 680 kilos du SSV, on préfèrera le mode Standard pour enrouler les lignes droites entre deux courbes. Dans les virages serrés, le rayon de braquage s’avère bien trop important et surligne le principal défaut du ZForce 1000 Sport.

 

Moins de 17 000 € en septembre…

Un rapide tour avec le ZForce 1000 nous apprend que le ZForce 1000 Sport est globalement plus confortable, malgré le manque évident de maintien latéral des sièges. Un point qui pourra être résolu en adoptant de vrais baquets de courses et des harnais 4 points pour les amateurs de sécurité absolue. Les amortisseurs avalent le sol rocailleux sans sourciller et sans talonner comme ce fut le cas une fois avec le ZForce sur une forte compression. La suspension arrière à bras tirés conjugue confort et motricité grâce à ses grands débattements (280/300 mm AV/AR). Le train avant est efficace, bien aidé par une direction assistée précise. L’ergonomie générale du poste de pilotage aide bien à la conduite sportive, même si le repose-pied gauche aurait mérité d’être plus reculé (les pilotes de taille moyenne apprécieront toutefois). Annoncé pour la fin de l’été, le ZForce 1000 Sport devrait rester sous la barre des 17000 € en version homologuée T1b, soit environ 2400 € de plus que le ZForce actuel, qui restera au catalogue malgré l’arrivée de cet ultime SSV sportif. Deux autres coloris seront proposés en plus de ce gris foncé, un gris plus clair plus un rouge. Une ligne d’accessoires est en cours de développement afin de proposer divers options.


Retrouvez les caractéristiques complètes sur le site de CFMoto France

 

Liste des concessionnaires

 

 

(Liste non exhaustive)