ESSAI / CFMoto ZForce 1000

Alors que le 1000 Sport sera prochainement disponible sur le sol français, le ZForce 1000 reste une valeur sûre de la production CFMoto. Un SSV de loisir qui ne rechigne pas à suivre des machines plus haut de gamme, ce qui nous permet de dire que son rapport qualité/prix mérite que l’on s’y attarde.

 

CFMoto est l’un des constructeurs les plus actifs de ces dernières années, tous segments confondus. Si leur gamme moto risque de chagriner nombre de leurs confrères du marché du deux-roues, leur offre SSV n’est pas mal non plus, et ce, sans compter sur le futur ZForce 1000 Sport ! La commercialisation de la version de série du prototype “Z10” est en effet prévue pour cet été… En attendant cette arrivée prochaine, attardons-nous sur le ZForce 1000 disponible depuis près de deux ans dans les concessions du réseau GD France, l’importateur dynamique de la marque CFMoto, entre autres marques de deux-roues et des quads Goes. Nous avons pris la mesure de ce SSV commercialisé 14 599 € tout au long des quelque 160 km de la 5édition de l’Ardoisienne, dans une configuration identique à celle des photos de cet article. Ce modèle 2020 reçoit de nouveaux amortisseurs à gaz réglables et conserve ses demi-portes. Le toit et le pare-brise restent des options vivement conseillées en cas d’intempéries… Il suffit de rouler par temps froid ou sous la pluie pour s’en convaincre ! Ce sont les (Z)forces du SSV par rapport au quad, la protection et le confort.

 

Du confort, sauf au début…

Sur ce millésime 2020, qui venait juste d’arriver fin septembre sur la rando communautaire initiée par GD France, on retrouve tous les ingrédients qui font l’aura de CFMoto depuis quelques années. Design peaufiné, finition soignée, bon niveau d’équipement, le constructeur contrecarre les détracteurs des productions chinoises. L’habitacle présente bien, les sièges réglables en recul sont accueillants, la prise en main du volant – facilement réglable en inclinaison – agréable et le tableau de bord digital fourmille d’informations. Même la qualité des plastiques propulse l’industrie chinoise dans le sillage des grands constructeurs. En revanche, de petits détails apportent un peu d’ombre au tableau, comme les pneus CST Stag de 27 pouces à la carcasse trop rigide… A leur décharge, l’exceptionnelle sécheresse qui régnait fin septembre en Auvergne ne plaidait pas en leur faveur. En descendant la pression aux alentours des 600 grammes, on retrouvait un comportement plus agréable ; mais gare aux cailloux saillants pour éviter une crevaison. Quant aux nouveaux amortisseurs à gaz, ils ne nous ont pas convaincus, mais la première journée seulement…

 

Un bon rodage s’impose !

Les premiers kilomètres ont failli apporter une nouvelle ombre à ce joli tableau. Transmission brutale, confort dynamique spartiate, le ZForce 1000 demande du roulage pour se mettre la banane à son pilote. Le deuxième parcours de l’Ardoisienne tracé par Hard Moto et Thierry Charbonnier nous a en effet redonné le sourire, surtout après avoir baisser la pression des pneus et libéré l’hydraulique des amortisseurs via les molettes de compression et de détente. Ainsi réglé, le vaisseau-amiral de CFMoto offre un nouveau comportement et surtout un bon confort pour ce niveau de tarif. On est certes en-deçà de la qualité des amortisseurs Fox ou Walker Evans de la concurrence nord-américaine, mais cette dernière culmine bien au-delà des 20 000 €. Certes, elle offre aussi des performances dynamiques supérieures, mais encore une fois tout dépend de vos besoins, de votre rythme de balade, de leur fréquence sur l’année … et bien sûr de votre portefeuille. Mais sur les pistes exigeantes et cassantes auvergnates, on a pris un réel plaisir au volant de ce SSV. Et encore plus la seconde journée quand toute la mécanique s’est libérée !

 

Un V-twin envoutant mais un peu bruyant

Le bicylindre à 8 soupapes développé et produit par CFMoto, qui ressemble fortement à un moteur Rotax (!), est une évolution du 800 cm3 sorti des chaines asiatiques il y a quelques années. La cylindrée de 962 cm3 a été obtenue par une augmentation de la course des pistons. Toujours plus fiable, forcément plus puissant avec 80 chevaux et 82 Nm sous le pied droit, le V-twin propulse sans sourciller les 700 kilos du ZForce 1000. Il y a bien une certaine inertie avec un tel poids, mais rien de réellement frustrant. La direction assistée est précise, il n’y a pas de jeu dans le volant, le SSV suit la trajectoire imposée par le pilote. Le freinage est efficace et le véhicule reste bien en ligne si l’on écrase volontairement la pédale. Pas d’ABS encore sur la gamme CFMoto, mais cela pourrait peut-être arriver un jour pour bénéficier de l’homologation T1b ABS choisie par Can-Am. Cela permettrait de passer au-dessus des 60 km/h, limite imposée par la certification T1b de base. Au cours de cette belle rando communautaire, nous avons eu le loisir d’essayer le ZForce 1000 de Thierry Charbonnier – champion du monde d’Enduro moto et pilote 4-roues émérite – qui disposait de pneus BFGoodrich KM3. Installés sur des jantes à déport, cette nouvelle monte offrait un comportement encore accru du SSV de CFMoto. La direction était plus légère et le train avant encore plus précis… A prévoir lorsque les pneus de série seront à remplacer. Le ZForce 1000 est disponible en noir pailleté (photo) ou orange métal dans tout le réseau français.

 

Liste des concessionnaires

 

 

(Liste non exhaustive)