Can-Am mise gros sur le Dakar

Le lancement du Maverick X3 en 2016 ne faisait l’ombre d’aucun doute quant à la volonté de Can-Am de briller au plus haut de la compétition. Après deux victoires successives au Dakar, la marque québécoise s’investit plus officiellement auprès de l’équipe européenne South Racing. Quad-SSV.com était présent en Arabie Saoudite pour assister aux derniers réglages des machines.

 

 

A peine réveillé du Nouvel An, notre journaliste sautait dans un avion direction Jeddah, lieu de départ du Dakar 2020, pour prendre part à un voyage presse organisé par BRP Europe. Pour rappel, le groupe Bombardier Recreational Products détient la marque Can-Am. La firme québécoise affiche une nette volonté de mettre ses plans d’action au grand jour dans le milieu du SSV, galvanisée par les performances des différents teams qui mettent une énergie monstre dans le développement spécifique des Maverick X rs hyper-sportifs. En préambule, la réglementation de la Fédération internationale automobile (FIA) impose de nombreux aménagements de sécurité dans la discipline Rallye-raid. On retrouve bien sûr un arceau renforcé, l’obligation de fixer des sièges baquets avec un harnais six points, un extincteur, des roues de rechange ou encore un réservoir d’essence de grande capacité (130 litres maximum) pour garantir une autonomie de 250 km dans une zone désertique. Mais, depuis un certain temps, les SSV montrent des performances telles que l’on sent une certaine pression de l’industrie automobile

 

 
Une pression du Lobby automobile ?

Il n’y a pas besoin d’aller sur des épreuves de pointe comme le Dakar pour sentir que les SSV dérangent les constructeurs automobiles. Il suffit de regarder les résultats des Can-Am Maverick ou autres Polaris RZR Turbo en championnat de France des Rallyes Tout-Terrain pour comprendre que leurs multiples podiums au temps scratch posent problème à une industrie qui exige un budget bien plus conséquent ! Et oui, les SSV offrent un rapport prix/performances imbattable et si, en plus, ce ratio leur permet de truster les podiums, il y a le feu dans ce riche secteur ! Concrètement, la FIA impose aux teams un restricteur de 25 mm à l’admission. Information prise auprès d’un coordinateur québécois de BRP présent sur place, la puissance des Maverick 2020 baisserait sous les 150 chevaux au lieu des 195 unités à cause de ce castrateur… Outre une baisse des performances pures, cela oblige les préparateurs à développer ou investir dans un nouveau calculateur électronique (gestion de l’injection) pour s’adapter au plus faible débit d’air. Mais ce n’est pas tout.

 

 
Baisse de la puissance… Hausse du poids !

Nous l’avons vu précédemment, le règlement FIA exige un surplus d’équipements, qui occasionne un surplus de poids d’environ 250 kg avec les différents systèmes de navigation. De toute façon, la FIA impose aux SSV un poids minimum de 850 kg… Il n’y a pas besoin d’être fin mécanicien pour comprendre que cette masse supplémentaire contraint les préparateurs à revoir l’ensemble des suspensions, auquel il faut ajouter quelques renforts sur le châssis. Mais le jeu en vaut la chandelle car de plus en plus de pilotes de pointe se sont orienté vers le SSV, y compris des anciens motards comme Francisco « Chaleco » López – premier du classement SSV en 2019 (3e en Moto en 2010 et 2013) – ou Gérard Farres. Côté ex-quadeurs, on retrouve le Russe Sergei Kariakin ou le Tchèque Josef Machacek. Le fait que Can-Am ait développé le Maverick X rs dans le plus pur esprit des Trophy Trucks américains assure déjà une excellente base de travail. La forte implication du team européen South Racing a débouché sur une première victoire avec le tandem brésilien Varela/Gugelmin en 2018. L’année suivante, c’est donc son duo chilien López/Quintanilla qui remportera le Dakar dans ce même classement spécifique SSV.

 

 
South Racing, le préparateur officiel des Maverick

Le boss de cette équipe européenne Scott Abraham travaille de concert avec l’usine Can-Am afin de poursuivre la quête du Graal ; le Dakar restant une référence absolue en termes de performances dans la discipline Rallye-raid du fait de l’implication de la majorité des constructeurs. Bien que le siège soit basé à Francfort, les ateliers de South Racing sont situés au Portugal, d’où sont développés des kits pour la compétition. La grande expérience de l’équipe menée par Scott Abraham dans les différentes courses off-road est un atout supplémentaire pour Can-Am. Fort de son leadership sur le Dakar, South Racing apporte un soutien technique important aux différents équipages roulant en Maverick, dont ceux du team Monster Energy Can-Am avec son pilote-phare Casey Currie ; en tête du classement SSV sur le Dakar 2020 à l’heure où nous écrivons cet article. Sacré meilleur « Rookie » en 2019, l’Américain a démarré cette édition avec la plus grande des motivations après ce qu’il estime être une contre-performance l’an passé. Il avait terminé 3e quand même !

 

 
L’Américain Casey Currie surmotivé !

Seulement deux jours après le Dakar 2019, Casey Currie se remettait au travail en vue de la prochaine édition. Voilà qui en dit long sur l’extrême motivation du pilote, à l’image des sportifs américains ! Casey Currie nous confie d’ailleurs s’être entrainé durant 65 jours à plein temps uniquement pour ce Dakar 2020, principalement sur la navigation avec son nouveau copilote Sean Berriman ; c’est sur ce point précis que le pilote Monster Energy avait perdu le plus de temps en 2019. Une longue phase de tests qui aura également permis de valider une nouvelle CVT (transmission) et des suspensions repensées. Au vu de ses résultats en ce mois de janvier 2020, on peut confirmer que ce long travail a été payant ! Si les équipes communiquent peu entre eux durant l’année, sachant qu’elles viennent de pays différents, les échanges sont réguliers entre pilotes durant le rallye afin de faire progresser les Maverick. Ainsi, Can-Am bénéficie logiquement de l’excellent retour de performances de ses teams officiels ou satellites pour prendre le leadership dans le domaine du rallye-raid dans la catégorie T3.3 réservée aux SSV dérivés de la grande série.

 

 

Liste des concessionnaires

  

(Liste non exhaustive)