31e Raid Bleu / J1 : La grosse journée !

Hier, samedi 29 octobre, le 31e Raid Bleu s’élançait. Le dernier grand raid en France est devenu une institution au cours de ces trois décennies. Profiter de l’automne pour découvrir ou redécouvrir le Beaujolais au départ de Régnié-Durette, fief d’un vignoble qui fait partie du patrimoine français, Amada Aventure a tapé dans le mille ! 

               

Lorsque Dominique Rosset (ci-dessus à gauche), le pilier d’Amada Aventure, lance le Raid Bleu, il annonce une première journée copieuse pour les participants. Tous savent cependant à ce qui les attendent en venant au Raid Bleu, qui mérite bien son appellation de Raid ! Mais on peut compter sur l’ami Yves Crouzet (à droite) pour animer chaleureusement le départ et les pauses repas pris en commun au micro, histoire de conserver le bon moral des troupes !

Avec cinq rotations entre l’après-midi et la soirée, Yves, le “Dépanneur” du Raid Bleu n’a pas chômé non plus ! N’allez pas croire pour autant que le Raid Bleu est devenu une randonnée « hard » sur des parcours cassants. Mais pour profiter du week-end et du passage à l’horaire d’hiver, les organisateurs ont simplement programmé pour cette première journée une étape “normale” de 136 kilomètres suivie d’une nocturne de 70 bornes. Au bilan, un retour à la base de Régnié-Durette tardif pour beaucoup, et notamment pour votre serviteur, qui vous laisse imaginer ce que fut cette journée “extra-ordinaire”, dans tous les sens du terme, avec cette petite galerie.

 

On en profite au passage pour saluer les organisateurs, lesquels se donnent sans compter pour proposer ce Raid unique en Europe et même continuer à l’améliorer d’année en année, comme on vous le montrera par la suite. Coup de chapeau également aux guides, Nicolas, Lucas, Vincent, et tous les autres, particulièrement à “Romu” qui nous a guidé dans cette première journée. Romu, c’est un peu de Sébastien Loeb et de Daniel Elena à la fois, un oeil sur la piste et l’autre sur le road-book, sans oublier une part de l’assistance façon usine ou rallye-raid, qui trouve des solutions à tous les problèmes techniques, quitte à terminer la journée en traction avant. A bientôt pour une seconde étape qui devrait être plus calme, mais peut-être aussi plus humide…

 

Article sponsorisé par :