Reportage / Africa Eco Race 2019

Le plus français des rallyes africains a de nouveau été une belle réussite. Si Jean-Pierre Strugo remporte l’édition 2019 au volant de son Buggy Optimus MD, Rudy Roquesalane et Vincent Ferri amènent leur Can-Am Maverick à la 9e place du général, devant une multitude de concurrents.

Installé sous le soleil méridional de Menton deux jours durant pour les vérifications administratives et techniques, l’Africa Eco Race s’est élancé le 30 décembre de Monaco sous le commandement (de charme) d’Adriana Karembeu, marraine de cette 11e édition. De là, le convoi de 223 véhicules et 615 personnes rejoint le port de Sète avant l’embarquement à bord du ferry GNV Cristal, qui naviguera vers Nador, de l’autre côté de la Méditerranée, pour entamer 6 000 km de pistes à travers cette Afrique authentique chérie par Thierry Sabine. Les pilotes en auto, camion, moto et surtout SSV (!) traverseront successivement le Maroc, la Mauritanie et le Sénégal, avec une arrivée très attendue au fameux Lac Rose. Les favoris au volant des SSV sont tout désignés ! Entre le vainqueur de l’édition 2018 Jean-Hugues Moneyron, qui réside d’ailleurs à Dakar ; le désormais spécialiste des rallyes TT Philippe Pinchedez (après une belle carrière en moto de vitesse) ou encore le préparateur de 4×4 Rudy Roquesalane (RRC Concept), brillamment reconverti au SSV, les pronostics vont bon train. Mais les sports mécaniques et l’Afrique réservent toujours des surprises…

11 SSV parmi la meute de 223 véhicules

A la descente du bateau, personne n’a la gueule de bois car il faut se mettre d’emblée en condition de course ce 1er janvier, avec 90 km de spéciale chronométrée ! Si elle ne comportait pas de grosse difficulté, René Metge – le Directeur sportif du rallye – avait quand même prévenu les concurrents lors du briefing que la navigation serait en revanche compliquée… Philippe Pinchedez et son coéquipier François Beguin (Can-Am #250) se feront d’ailleurs piéger dans un trou en voulant couper la trace… Avec un superbe 14e temps au scratch, Jean-Hugues Moneyron et Thierry Berraz (Can-Am #251) finissent 1er SSV devant le duo Pisson-Ceccaldi / Gaidella (Can-Am #259) et Ruffier / Bos (Can-Am #252). Dès le deuxième jour, Rudy Roquesalane et Vincent Ferri placent leur Can-Am Maverick n°257 dans le Top 10 et s’accrochent déjà à la 11e place du classement provisoire. En revanche, coup dur pour Philippe Pinchedez qui ne pourra reprendre le départ de la 2e étape, une journée noire également pour le team Ruffier Racing qui prend 12 heures de pénalité… Au soir de la 4e étape, les SSV remontent au classement général, à l’image des Polaris RZR n°258 de Biard/Bellan (+ 3 places) et n° 253 du Roumain Laurent-Claudiu Barbu (+ 4 places). Avant l’entrée en Mauritanie, Rudy Roquesalane pointe treizième au provisoire, devant Fretin / Charbonnier (Can-Am #256), seizièmes, et Pisson-Ceccaldi / Gaidella, dix-huitièmes.

Entrée en Mauritanie

Le territoire mauritanien est toujours aussi fabuleux à parcourir. Hélas, la première étape – la sixième du rallye – sera annulée au départ de Dakhla en raison d’une absence totale de visibilité. Une décision très rare sur l’Africa Eco Race, mais Jean-Louis Schlesser a préféré miser sur la sécurité des compétiteurs. Tous rejoindront le bivouac de Chami en liaison libre, pour une 7e étape de 481 km “100 % sable”, avec le franchissement de plusieurs cordons de dunes. Il s’agit en plus de la première de deux spéciales de l’étape Marathon baptisée « 500 miles », au cours de laquelle les machines iront en parc fermé, sans bénéficier de l’assistance… Un parcours sélectif idéal pour le tandem Pisson-Ceccaldi / Gaidella, qui remonte à la 14e place (+4 places) du général provisoire. Le lendemain, les petits SSV sont à la fête, notamment Bruno Fretin et Willy Charbonnier qui montent sur la 3e parche du podium du jour, suivi par Moneyron / Berraz et Roquesalane / Ferri, respectivement 6e et 7e. Pour la 9e étape, la paire Pisson-Ceccaldi / Gaidella survole les débats en SSV et flirte avec le top 5 des autos ! Mais c’est plus que jamais la 10e étape qui marquera les esprits, avec pas moins de 5 SSV dans le top 10 des autos ! Cinquièmes de l’étape, les Français Rudy Roquesalane et Vincent Ferri confortent leur leadership en devançant Bruno Fretin / Willy Charbonnier, Benoit Fretin / Anthony Pichard, Jean-Claude Ruffier / Jérôme Bos, puis Jean Luc Pisson-Ceccaldi / Thomas Gaidella.

Un final en beauté au Lac Rose !

La onzième étape fera la jonction entre la Mauritanie et le Sénégal. Elle commencera toutefois par une bonne spéciale de 218 km vers Fimlit, un village situé à 80 km de Nouakchott, épreuve enlevée une fois de plus par Jean-Luc Pisson-Ceccaldi et son copilote Thomas Gaidella dans la catégorie SSV. Bruno Fretin, Benoît Fretin et JH Moneyron font un tir groupé devant le tandem leader Rudy Roquesalane et Vincent Ferri, qui passe la ligne 20 minutes plus tard, disposant cependant d’une confortable avance au provisoire pour ne plus être inquiété jusqu’à Dakar. Le boss de RRC Concept remporte donc la catégorie SSV de ce 11e rallye Africa Eco Race, mais les machines de Quad Bike Evasion ont également brillé aux mains de Benoit et Bruno Fretin, sans oublier “Papy” Ruffier qui étonne encore tant de monde du haut de ses 79 printemps ! Respect. Jean-Louis Schlesser et son équipe sont d’ores et déjà en mesure d’annoncer que la 12e édition de l’Africa Eco Race se déroulera du 5 au 19 janvier 2020, une édition qui pourrait bien accueillir l’équipage de renom Loeb/Elena… Un juste retour des choses pour cette organisation sans faille.

 

Crédit photos : Rossignol / Cunha ; Alessio Corradini & Sandra Biegun / Rallye Cool Photography


Retrouvez les résultats complets sur le site Africa Race Live