Essai Can-Am Renegade 650 X xc ABS

Pour 2018, Can-Am réduit la voilure et ne proposera plus que deux Renegade au lieu de trois. Exit les 570 et 850, le surpuissant 1000 X xc ne sera plus secondé que par un nouveau 650 X xc. Bon ou mauvais choix ?

Le Renegade vient de fêter ses 10 ans de carrière, mais son style reste une référence et son V-twin Rotax distille toujours autant d’adrénaline. S’il aurait mérité un petit relooking, il a au moins eu le mérite de se bonifier au niveau de la partie-cycle, car le premier 800 était vraiment fougueux comme un jeune premier ! L’évolution des suspensions Fox aidant, il devenu plus docile tout en restant suffisamment sportif pour ne pas vendre son âme. L’arrivée du 1000 cm3 et ses 89 chevaux en version libre rendait le Can-Am toujours plus virulent demandant une bonne maîtrise du pilotage pour l’exploiter correctement. Entre temps, un petit 570 – toujours un bicylindre en V de marque Rotax – faisait son apparition en guise d’entrée de gamme et un 850 toujours plus coupleux se présentait finalement comme le meilleur compromis avec ses 78 chevaux. Mais parfois, trop d’offres tue l’offre !

 

Pour 2018, Can-Am a également introduit l’ABS sur ses quads pour répondre aux critères spécifiques de cette homologation T3b. Une raison supplémentaire pour faire des coupes franches et ne pas monter un nouveau et coûteux dossier d’homologation. Pour rappel, la certification T3b ABS permet de conserver la pleine puissance du quad et de ne brider sa vitesse de pointe qu’en-deçà du seuil de 85 décibels au test de nuisances sonores ; soit 105 km/h pour les Can-Am. Le choix des moteurs Rotax n’étant pas un problème pour le constructeur québécois, puisqu’il est propriétaire de la marque, il était donc simple pour BRP de prendre la cylindrée intermédiaire entre le 570 et le 850. La famille Renegade débutera donc avec le 650 X xc et ses 62 chevaux, soit 14 unités de plus que le précédent 570.

On trouve deux coloris sur le Renegade, le Triple Black et ce blanc/noir/rouge aux consonances plus racing. Petite nouveauté sur le dernier millésime, des extensions d’ailes avant et arrière sont montées de série, ce qui évitera de vous faire repeindre de boue lors des sorties pluvieuses ; le point faible de tous les quads sportifs aux carrosseries acérées. Ces extensions restent toutefois démontables rapidement moyennant le retrait de quelques vis. La version X xc – pour Cross Country – conserve ses jantes beadlock 12 pouces et ses pneus ITP Holeshot de 25 pouces au grip parfait, mais à l’usure rapide. Question de compromis. On retrouve également les protège-mains de série et toujours des amortisseurs Fox 1.5 Podium RC2 aux multiples réglages, dont la compression basse et haute vitesse pour choisir la sensibilité qui vous convient le mieux selon le terrain. Et justement, voyons ce que cela vaut sur les pistes provençales.

Ce n’est pas une surprise, le train avant est toujours aussi vif ! C’est une tradition chez Can-Am et on finit par s’y habituer au fil des kilomètres. Inutile d’attraper les freins comme un porc en plein virage, le Renegade n’aime pas être violenté. Il est préférable de freiner quand les roues sont bien en ligne et de virer proprement. Justement, c’est le moment de tester ce fameux ABS sur la terre. Et bien les premières impressions relevées lors de la courte présentation presse à Chypre ont été bonnes. L’efficacité de l’ABS est surprenante. Le quad freine sur une distance très courte, il ne se désunit pas entre le train avant et le train arrière, restant parfaitement en ligne, et aucun à-coup de transmission ne vient perturber cette phase de décélération. Le freinage est apparu encore plus efficace au levier gauche qu’au pied, ce qui permet de bien positionner ses appuis sur les solides repose-pieds en alu, surtout que les suspensions restent résolument fermes par rapport à un Outlander.

Vient enfin le sujet de la nouvelle gâchette réversible. Can-Am a inauguré cette nouvelle commande sur ses millésimes 2018.5 et force est de reconnaître qu’elle est plus confortable à la longue lorsqu’elle est orientée vers l’avant, comme sur un jet-ski. En l’actionnant avec l’index, on tient le guidon plus solidement puisque le pouce referme bien la main, mais il faut bien admettre que l’on est moins à l’aise dans cette nouvelle configuration en franchissement. Encore une fois, c’est une affaire de feeling personnel, et là au moins, vous aurez le choix entre plusieurs positions ; la gâchette étant rotative sur pratiquement 360°. Si la puissance est moins démonstrative que sur le 1000, ce 650 a le mérite d’être plus facilement exploitable et finalement moins exclusif. Comme le dit le vieil adage, sans maîtrise, la puissance n’est rien ! Un mot sur le tarif, qui se positionne exactement entre le 570 et le 850… A 12 299 euros, soit un surcoût de 2 000 euros par rapport au 570, le 650 X xc devient un poil cher, mais c’est le tarif à payer pour obtenir un quad « full power » en toute légalité. On regrette simplement que Can-Am n’est pas un peu mieux dissimulé quelques fils électriques autour du pontet de guidon et trouvé une gaine électrique plus discrète pour la commande des gaz.


Retrouvez les caractéristiques techniques sur le site de Can-Am

 

Liste des concessionnaires