Visite / Meca’System

Nous avons déjà parlé de Meca’System lors du résumé de l’Africa Eco Race. Le préparateur français y avait remporté la catégorie SSV, plaçant même 3 Can-Am Maverick parmi les 8 machines qui rejoindront Dakar. Cette fois, nous avons pris le chemin de Saint-Flour pour connaître les secrets de leurs performances…

Impossible de louper le colossal bâtiment en bois qui trône à l’entrée de la Zone d’activités du Rozier Coren. L’entreprise Meca’System – qui a intégré le Groupe CkSquare en 2015 – s’est installée dans ces locaux de 1 800 m2 en décembre 2016 pour diversifier son activité vers le marché de son acquéreur, un acteur majeur du lavage automatisé pour véhicules légers. Côté sports mécaniques, la nouvelle réglementation du rallye-raid limitant la cylindrée des motos à 450 cm3 ayant poussé les constructeurs, et notamment KTM, à produire leurs propres versions compé-client, l’activité principale du préparateur unanimement reconnu dans le milieu du deux-roues (et même du quad) avait dangereusement chuté. Si l’activité industrielle tourne à plein régime, la passion de la belle mécanique reste intacte dans l’entreprise cantalienne, notamment auprès du Responsable commercial moto/SSV Philippe Navech et de Gilbert Savoie, le chef d’atelier. L’essor de la catégorie SSV en compétition sera l’occasion de prendre un nouveau tremplin et de démontrer un savoir-faire internationalement réputé. En toute logique, les Polaris RZR XP 1000 étant bien exploités par le team Xtremeplus, Meca’System jettera son dévolu sur les Can-Am Maverick X3 avec la complicité de Thierry Charbonnier ; ex-enduriste moto. Bien leur en a pris avec une victoire sur l’Africa Eco Race, ce magnifique rallye qui reprend 6 000 km de pistes de l’authentique Dakar…

La passion de la compétition n’a donc pas quitté l’équipe de Meca’System, même si elle passe sur quatre roues ! Le SSV super sportif de Can-Am est à peine rentré dans l’atelier que Gilbert Savoie échafaude déjà quelques plans dans sa tête avant de réaliser des prototypes de pièces. Règlement compétition oblige, un nouvel arceau homologué FFSA en acier 25CD4S est créé de toutes pièces pour assurer la sécurité du pilote et du copilote. Il devra tenir compte des spécificités du Maverick, qui impose de souder cet équipement sur le châssis d’origine. Une douzaine d’heures, dont 8 à 9h de soudure, sont nécessaires pour réaliser un élément complet brut, sans la pose. Un réservoir en alu de 70 litres aux normes FIA est installé sous les nouveaux sièges baquets Sparco, accompagnés de harnais également estampillés FIA. L’habitacle du Maverick X3 est profondément remanié pour recevoir tous les instruments de navigation et diverses commandes, pour les feux additionnels notamment. Au-dessus de la tête des deux passagers, Meca’System a taillé dans une autre matière qu’elle maîtrise très bien, le PEHD (Polyéthylène haute densité), pour confectionner le toit. Cette matière résistante aux chocs et aux déformations sera utilisée pour les panneaux de portes, dont la modification permet d’intégrer les filets de protections. S’ajoute un pare-brise avec essuie-glace et lave-glace. Le gros du travail est effectué, mais une foule de détails reste à peaufiner.

Si tous les éléments de sécurité sont en place, il reste quand même plusieurs équipements obligatoires en rallye-raid. L’extincteur bien sûr, qui trouve une place dans un logement créé dans la benne, où l’on retrouve également la roue de secours entourée de deux coffres en alu pour les outils. Une seconde roue de secours prend place entre les deux feux arrière sur un autre support maison, ce qui obligera toutefois de modifier la sortie d’échappement. Quand on maîtrise la transformation des matières premières aussi bien que Meca’System, pourquoi se priver ? Vous noterez la présence de larges bavettes, peu esthétiques certes, mais obligatoires dans le règlement pour limiter les projections de terre, de sable ou d’eau vers son poursuivant. C’est le côté fair-play de la course ! Là encore, la société cantalienne maîtrise son sujet de A à Z, et rien n’a bougé durant les 6 000 km de l’Africa Eco Race, ce qui a permis aux trois équipages de se concentrer uniquement sur la maintenance courante (filtres, vidanges) et la préparation du road-book pour le lendemain. La partie inférieure de Can-Am Maverick X3 X rs est quand même protégée par des pièces en alu de 5 mm d’épaisseur et en PEHD, tant pour les triangles de suspension que le fond plat. Meca’System disposant de tous les outils modernes en interne, il leur est facile de dessiner les prototypes en 3D dans le bureau de Sylvain avant d’envoyer les programmes vers les deux centres d’usinage numériques. Après le travail précis du fraisage, une presse de 135 tonnes assure le pliage.

Meca’System n’a pas totalement abandonné la moto pourtant, puisqu’elle est partenaire du championnat de France d’Enduro. Elle possède toujours un “kit rallye” très complet pour le Yamaha 700 Raptor, mais le SSV a visiblement pris le dessus ces dernières années. Pour preuve, lors de notre passage, l’équipe était en train de terminer son 44e arceau de Polaris RZR, et d’autres commandes venaient de tomber. De multiples protections en alu et PEHD font partie du catalogue Meca’System, que ce soit pour les triangles, les sabots des quads ou des SSV. Totalement autonome dans sa fabrication, la marque française s’est fait un nom au-delà de nos frontières, elle qui a soutenu jusqu’à 17 pilotes sur un Dakar. Forcément, ça laisse des marques dans les esprits ! Toutes les pièces de ce Can-Am Maverick X3 “rallye-raid” sont disponibles sous forme de kit complet ou au détail selon vos besoins et vos objectifs. C’est aussi ça l’avantage du Made in France !


Meca’System au 04 71 60 35 37 et www.mecasystem.fr