Les bons conseils du Codever

On ne le sait que trop, les loisirs motorisés n’ont pas toujours une bonne image et doivent faire face à nombre de détracteurs. Dès sa création en 1987, le Codever a donc rédigé, sous forme de « 10 conseils », une charte éthique qui définit les bases d’une pratique du tout-terrain respectueuse de l’environnement, des autres usagers et des lois en vigueur. Basés avant tout sur le bon sens et le savoir-vivre, ces 10 conseils concernent donc les passionnés de quad et de SSV qui veulent randonner sereinement et donner une meilleure image de notre passion. Voici le premier volet.

 

  1. LE TOUT-TERRAIN SE PRATIQUE SUR LES CHEMINS ET DANS LES SITES ADAPTES

C’est le B.A. BA du randonneur : notre environnement est fragile et on ne roule pas n’importe où. C’est aussi la base de la législation : on roule sur les chemins et pas ailleurs. Ils ont été tracés pour cela, et on peut donc les emprunter à la seule condition qu’ils ne soient pas fermés par une barrière ou interdits par un panneau conforme au Code de la route. Il convient cependant d’éviter les voies très fréquentées par d’autres utilisateurs appréciant la nature d’une autre manière. Enfin, pour les amateurs de pilotage sportif et de franchissement, il existe désormais un grand nombre de pistes et de terrains privés destinés à les accueillir.

  1. PAS DE HORS PISTE

Même s’il est parfois bien tentant de couper par une rigole dans une montée en lacets, de suivre une vague trace dans une forêt ou une prairie, d’emprunter une bande herbeuse en bordure d’un fossé ou d’une rivière ou de remonter le cours à sec d’un ruisseau, cela est rigoureusement interdit et passible de la saisie du véhicule et d’une amende pouvant aller jusqu’à 1500 euros et 3000 euros en cas de récidive. En cas de doute sur l’existence d’un chemin peu visible ou perdu dans les broussailles, il faut se référer au cadastre des communes ou aux cartes de randonnée au 1:25 000 ou encore s’informer auprès des riverains et des locaux.

 

  1. NE PRENEZ PAS LA RANDONNEE POUR UNE COMPETITION

Les chemins sont des voies de circulation comme les autres, où le code de la route s’applique de la même manière. Il convient donc de rouler à une allure raisonnable permettant de conserver en toutes circonstances la maitrise de sa machine, de faire face à un obstacle inattendu ou à la rencontre avec d’autres usagers ou des machines agricoles ou forestières. Il en va de la sécurité de chacun et la vitesse excessive est en plus toujours mal perçuepar les riverains et les autres utilisateurs des chemins.

  1. SOYEZ COURTOIS AVEC LES RIVERAINS, LES EXPLOITANTS AGRICOLES OU FORESTIERS ET LES AUTRES RANDONNEURS

Les chemins sont ouverts à tous et souvent utilisés professionnellement par des agriculteurs, des éleveurs ou des forestiers. Chacun doit y trouver sa place dans le respect des autres. Il faut ralentir à l’approche de tout autre usager, de ne pas hésiter à s’arrêter, voire de couper le moteur pour croiser des cavaliers, de céder le passage, de faire un geste de politesse plutôt que d’ignorer ces autres utilisateurs qui peuvent être surpris et apeurés par votre passage. En vous montrant ouvert vous établirez un contact et agirez pour l’image des randonneurs motorisés.

 

  1. RESPECTEZ LES ESPACES NATURELS, LES PROPRIETES PRIVEES ET LES CULTURES

La nature est fragile et pour continuer à en profiter il est impératif de limiter l’impact de votre passage. Il faut choisir ses itinéraires avec précaution lors des périodes neigeuses, humides ou du dégel, et se méfier du feu et de la poussière en période en sèche. Les incursions même involontaires dans les champs ou les cultures doivent donner lieu à réparation. Ne donnez pas d’armes à nos détracteurs qui nous reprochent injustement d’abîmer les sols, de nuire à la faune, de détruire la flore et les cultures. A suivre…

Les préjugés défavorables aux loisirs tout-terrain ont la vie dure et leur instrumentalisation par les écologistes reste forte et pernicieuse. Face à cette situation, le Codever (Collectif de défense des loisirs verts) assure depuis 30 ans la défense de la liberté de circuler sur les chemins et l’assistance des usagers. Il est aussi l’initiateur des Journées des chemins. N’hésitez pas à le contacter en cas de problème, ou mieux, adhérez au Collectif pour soutenir ses actions et bénéficier de sa couverture juridique. Contact : 09 65 04 44 76 et codever.fr