Raid Bleu J4 / Le bouquet final

Le dernier jour et la dernière étape de ce Raid Bleu s’annoncent comme un condensé de cette 32e édition, avec un parcours reformaté et limité à 117 km de manière à permettre à chacun de pouvoir repartir en début d’après-midi. Car on l’avait oublié pendant ces quatre jours, mais lundi, c’est le retour au boulot pour la plupart des participants !


Les rangs sont déjà un peu clairsemés au départ de la Halle des sports de Régnié-Durette. Le ciel est gris et on lit aussi la fatigue sur certains visages, mais qu’importe, il faut profiter de ce magnifique terrain de jeu offert par le Beaujolais, jusqu’aux derniers instants. La traversée des vignobles nous emmène cette fois vers le Col du Fût d’Avenas, puis vers le Nord par les pistes forestières, étroites et tortueuses qui serpentent sur les crêtes. On retrouve ensuite les coteaux de Jullié avant de faire une halte à Cenves, avec sa traditionnelle dégustation de fromages de chèvres. S’il est un participant qui se régale sur ces pistes variées au guidon de son Sportman 850, c’est bien Geoffrey, le gagnant de notre invitation. Mécanicien à la concession Polaris de Molsheim dans le Bas-Rhin, le jeune Alsacien avait déjà fait le Raid Bleu l’année dernière. Mais il n’avait pas prévu de revenir aussi tôt !

Le parcours bifurque ensuite vers les contreforts du Mont Saint-Rigaud pour nous offrir une nouvelle série de montées et de descentes vertigineuses qui se termine par la classique grimpette dans les rochers jusqu’à la Roche d’Ajoux. Pour nous récompenser, le soleil daigne enfin venir nous réchauffer sur le chemin du retour et dévoiler des panoramas magnifiques, et les couleurs d’automne des forêts pour notre dernier passage sur la Piste du gaz. De belles images qui viennent compléter un album déjà bien rempli.

A Régnié-Durette, les quelques 70 bénévoles dirigés par Yves Roche sous l’égide du Codever, commencent à ranger leur matériel et à démonter les installations. « Ça s’est super bien passé cette année, confie le délégué du Collectif. L’ambiance a été renforcée par le travail imprévu à faire sur les pistes. Les gars ont pris ce boulot comme un challenge. On a aussi assuré l’assistance et les rapatriements sur les pistes, mais pour le reste, le comportement des participants s’améliore d’année en année. Ils sont maintenant responsables. Ils roulent parfois vite, mais bien et suivent les directives de l’organisation. On a eu aucun reproche cette année »Même satisfaction du côté de Lucas Rosset pour son premier Raid Bleu comme permanent de l’agence Amada : « Je suis un peu né là-dedans. Il y a plein de choses à faire et tout doit se gérer. On s’est attaché à redessiner les étapes pour les différencier, à amener des surprises avec de nouveaux partenaires comme Quad-SSV.com et de s’ouvrir plus au milieu des professionnels. C’est une édition réussie. On n’a que des bons retours des participants ».