Reportage / Valeilles, la Fantasia quercynoise

Niché au milieu des collines du Quercy, à une quinzaine de kilomètres de Villeneuve-sur-Lot, le village de Valeilles compte moins de 250 habitants, ce qui ne l’empêche pas de prendre feu chaque été avec son « Festival Extrême Session » dédié aux sports extrêmes, au quad et, depuis l’an dernier, au SSV avec l’arrivée des RZR Days. Voilà maintenant 18 ans que ce rassemblement estival ne cesse de croître et embellir grâce à une équipe motivée de bénévoles, des clubs locaux et l’aide d’une pléiade de partenaires régionaux. Nous étions donc sur place.

A l’origine, il y eu d’abord une randonnée accompagnée de saut à l’élastique et puis, au fil des années, les démonstrations de sports extrêmes et les animations se sont multipliées jusqu’à s’étendre maintenant sur deux jours, avec une incroyable soirée de show le samedi. L’association Déclic et son président David Arbus ont désormais délégué l’organisation de la randonnée au club Passion Quad 82 et ont ajouté au programme une balade un peu plus technique le dimanche, autour du village voisin de Courbiac. Ce menu copieux et attractif a ainsi attiré cette année 140 quads, 56 motos et 36 SSV. Ils sont avant tout venus du Sud-Ouest, de Toulouse à Bordeaux jusqu’au Pays basque, mais certains ont aussi profité des vacances pour venir visiter de la région avec leur quad, depuis le Nord ou la Normandie. La boucle de 110 km, préparée par l’équipe de Thierry Delmas, évolue au milieu des collines du Pays de Serre, aux confins du Tarn-et-Garonne et du Lot-et-Garonne. La boucle enchaîne ainsi les chemins agricoles, quelques petites routes, et des sentiers forestiers qui relient de multiples passages sur des terrains privés. Grâce à un fléchage proposant des options plus ou moins difficiles, chacun peut rouler à sa guise. On passe d’une piste de terre ouverte dans un champ tout juste moissonné, à des tracés plus techniques qui serpentent au milieu des friches, des versants boisés et des fonds de vallée marécageux, avant d’arriver sur des bosses et des dévers aménagés dans une carrière. Bref, de quoi se régaler pour les amateurs de glisse, de franchissement ou tout simplement de balade. Après un casse-croûte au milieu des bois, tout le monde se retrouve le midi pour un barbecue préparé au bord de l’eau, sur la Base de loisirs de Montaigu. Après ce moment de détente et d’échanges, il ne reste qu’une trentaine de kilomètres avant de retrouver Valeilles et sa grande soirée animée.

Le show de l’Extreme Session est devenu difficile à raconter. Aussi varié que riche en émotions, il faut le vivre ou l’admirer. Le programme cette année comprenait ainsi un show de freestyle moto et quad, avec le spécialiste américain du back-flip Cody Elkins, de BMX avec les meilleurs riders européens, des démonstrations grass-track moto, de flyboard et de jet freestyle avec le multi-titré Romain Stampers accompagné d’un spectacle son et lumière aquatique, et pour finir, un feu d’artifice géant qui embrase cette « arène mécanique » avant une nocturne dance-rock-électro ! Le mieux est encore de laisser parler les images…

Le lendemain, les moins fêtards et les plus mordus se retrouvent à Courbiac, à 12 km de Valeilles… mais dans un département et une région différente. Le village est encore plus petit, mais tout le monde est sur le pont pour un week-end de folie, qui propose une randonnée gourmande le vendredi, le repas du village le samedi soir et la randonnée quads et motos le dimanche. Le tout est orchestré par le Comité des fêtes et l’association Sensation 3D, qui rassemble les passionnés de loisirs motorisés du secteur. La boucle est plus courte mais les difficultés plus denses, car les versants escarpés de la vallée du Boudouyssou regorgent de petits chemins tortueux et pentus qui offrent autant d’occasion d’exercer son habileté au guidon d’un quad ou au volant d’un SSV. Sagement, les organisateurs ont atténué le niveau de difficulté du parcours de base, mais des options permettent aux plus téméraires de se lancer dans quelques descentes infernales. Après une pause ravitaillement sur les hauteurs du causse, les machines redescendent dans la vallée pour affronter le traditionnel bourbier, puis un long sentier en corniche au milieu des bois nous ramène à Courbiac, où nous attend un délicieux cochon grillé. Remerciements aux organisateurs pour leur accueil, ainsi qu’à Laurent, Andréa, Guillaume et Emile pour leur coup de main.

Texte et photos : Pierre Devaux et Laurent Coupé (Lollpix)