Raid Bleu 2019 : Etape 3, le Beaujolais pur et dur

Après une nocturne qui a connu son lot d’aventures, de pannes, d’égarements et de pluie, la 3e étape s’annonce plus tranquille, avec ses 165 km vers le Beaujolais des Pierre Dorées. « Le parcours est plus technique et moins roulant » prévient cependant l’organisateur Dominique Rosset au moment du briefing.

Un participant de marque, Marc-André Daunais – chef de produit chez Can-Am / BRP – est également venu du Canada pour découvrir sur le Raid Bleu, le tout-terrain à la française. Bref, tout va pour le mieux, d’autant qu’un rayon de soleil illumine en plus les machines alignées sur la pelouse de la Halle des sports de Régnié-Durette. Le départ donné, la première averse arrive cependant dès les premières pentes et la célèbre « Piste du Gaz ». Il faudra attendre la fin de matinée pour voir enfin le ciel se dégager. Entretemps, les organisateurs ont concocté un cocktail très humide et minéral vers la vallée de l’Azergues. C’est un joyeux enchaînement de mares de boue, de grimpettes dans des pierriers et de descentes à pic au milieu des arbres, des pistes tailladées de racines ou hérissées de rochers, avec des passages devenus classiques mais remis au goût du jour comme la montée vers la Roche d’Ajout.

Des ralentissements se forment dans les plus grosses difficultés techniques et des pannes viennent ralentir la progression des groupes de quads et de SSV. Les pluies ont en plus rendu impraticable la passerelle qui avait été mise en place pour traverser l’Azergues, ce qui oblige à un détour et explique le temps mis pour arriver à Poule-les-Echarmeaux, où se déroule la pause déjeuner. Le temps du repas et le soleil a disparu pour laisser place à une chape de nuages et on repart pour un nouveau tour de grand 8 autour des Cols de Favardy et de la Cambuze. Des chemins plus roulants nous ramènent ensuite sur l’autre versant de la Vallée de l’Azergues, où de nouveaux passages techniques nous attendent. Après une nuit courte et les efforts fournis dans la nocturne, la fatigue commence à se faire sentir et le rythme baisse. C’est donc à la nuit tombée que les équipages retrouvent avec soulagement Régnié-Durette et la Halle des sports où se prépare la soirée de gala. A suivre avec une dernière étape annoncée plus tranquille vers la Saône-et-Loire.