Raid Bleu, l’heure du bilan

Participants moins nombreux et la tête déjà au retour, la dernière journée du Raid Bleu a toujours un petit goût de lendemain de fête. Profitons-en pour rencontrer Dominique Rosset, le boss de l’agence Amada Aventure.

 

Dominique, quel bilan fais-tu de cette 31e édition ?

On s’en sort pas trop mal. Cette édition confirme la reprise amorcée l’année dernière, avec plus de 4×4 et une baisse du nombre de quads, elle-même largement compensée par une hausse importante de SSV. On sent que le Raid Bleu fait vraiment partie des rendez-vous incontournables de l’année. Les gens aiment à s’y retrouver, à rencontrer d’autres passionnés et la cohabitation entre motos, quads, 4×4 et SSV se passe très bien. Il n’y a eu qu’une plainte de riverain qui a été rapidement arrangée. Sinon, je n’ai reçu aucun coup de fil de maire ou d’adjoint, ce qui montre qu’au bout de 30 ans, le Raid Bleu est accepté dans les communes où il passe. On a même des élus qui sont venus rouler sur le raid et ceux qui étaient encore réticents il y a quelques années, ne font plus de remarques. Sur les 84 communes contactées au départ, il n’y en a que trois, toujours les mêmes, qui nous ont refusé le passage. Enfin, les participants nous ont fait beaucoup d’éloges, et avec le temps qu’on a eu, tout le monde avait la banane ! On sent que les gens viennent pour rouler, mais aussi pour s’amuser, pour faire la fête.

 

Quelles sont les principales difficultés dans l’organisation de ce raid de 4 jours, rassemblant près de 400 participants ?

Les démarches administratives prennent toujours beaucoup de temps et d’énergie et on vit avec l’appréhension d’un refus préfectoral. Après l’accord des communes, le récépissé du Rhône est rapide à venir, mais c’est plus long et compliqué avec la Loire et la Saône-et-Loire. Il y a un nombre incroyable d’organismes et de personnes qui doivent donner leur avis, et il faut répondre à tout un tas de questions. Pour le reste, la définition des tracés ou la mise en place de l’organisation, c’est devenu de la routine, surtout depuis que l’encadrement se fait sous la responsabilité du Codever. Mais on se sent toujours sous surveillance.

 

Le programme de cette année a été modifié avec la formule week-end et la nocturne dès le premier soir. Envisages-tu déjà des évolutions pour l’année prochaine ?

En 2018, la Toussaint tombe un jeudi, on va donc retrouver la formule habituelle avec les quatre étapes débutant le jeudi 1er novembre, puis la formule week-end sur les 3 et 4 novembre. On envisage cependant de garder la nocturne le premier soir pour faire l’apéro des régions qui marche de mieux en mieux le lendemain, et la soirée de gala le samedi. On pense également proposer un groupe Trail en moto et un parcours plus adapté pour les camions, car on a de la demande dans cette catégorie de véhicules.

 

Quels prochains rendez-vous donnez-vous aux passionnés de quad et de SSV ?

Il est déjà trop tard pour notre Raid Moussem au Maroc, qui débute le 3 novembre, alors ce sera pour la Piste des Lions en Montagne bourbonnaise, du 23 au 25 mars, puis au Raid Louzero, du 1er au 3 juin.

 

Repères

Titre : 31e Raid Bleu

Dates : 27 au 31 octobre

Lieu : Beaujolais (Rhône)

Départ et arrivée : Régnié-Durette (69)

Genre : rando guidée ou au road-book

Niveau : moyen à expérimenté

Type de terrain : moyenne montagne, chemins forestiers

Longueur du parcours : 815 km

Participants : 93 quads, 63 SSV, 45 motos et 90 4×4

Prix d’inscription : 395 euros par pilote, et 375 euros pour le passager.

Contact : Agence Amada au 04 72 10 88 80 et www.amada-aventure.com

Un grand merci… à Romuald, Nicolas, Franck,  Alain et Vincent et à leurs groupes pour leur disponibilité, à Isabelle, Cathie, Dominique et toute l’équipe d’Amada pour leur accueil.

 

 

 

Article sponsorisé par :